Historique

Au 18ème siècle

Lorette n’existe pas administrativement parlant, mais c’est un lot de hameaux tels que : Reclus, Corbeyre, Moulin Cuzieu…

Tous ces hameaux sont bientôt rythmés par l’extraction de la houille. En effet, à cette époque les gisements étaient nombreux et le transport du coke se faisait par le biais du Gier avec le canal fluvial construit par ZACCHARIE en 1810.
Cette exploitation minière a incité de nombreux forgerons à s’installer sur les rives du Gier et à exploiter à leur tour la force motrice de l’affluent du Rhône pour faire marcher leurs machines.
 
 

La naissance de l’industrie

Puis vint l’ère de l’industrialisation avec l’installation des familles Neyrand-Thiollière, qui développèrent les nouvelles techniques de forge anglaise.
Notre commune doit d’ailleurs son nom à une chapelle érigée par la grande famille d’industriels des Neyrand, en souvenir d’un lieu de pèlerinage célèbre en Italie. Pour les non croyants, le nom de "Laurette" était celui d’une belle cafetière dans le hameau du Bas-Reclus au bord de la rivière Gier.

Le développement de la métallurgie et du textile, ce dernier alors second secteur d’emploi de la commune, entraîne une croissance démographique considérable.
 
 


Les débuts d’une économie florissante

En 1829 Les Frères Jackson, sous l’impulsion du Gouvernement de l’époque, s’installent sur Lorette en reprenant l’usine d’Assailly, en bordure du Gier. Cette famille développe les techniques de l’acier fondu de l’Angleterre, mais leurs descendants permettront aussi l’avènement de nouvelles techniques de forge.

Aussi, en 1847, grâce à son activité économique exponentielle et à sa forte population, Lorette est reconnue commune à part entière par ordonnance royale et devient ainsi la première ville nouvelle de FRANCE.

Malgré les deux guerres mondiales, Lorette n’a pas vu son activité économique décroître, grâce aux Usines d’Assailly et aux Aciéries de la Marine qui continuèrent à produire de l’armement pour le compte de l’État ou même à ravitailler la Résistance locale lors du second conflit mondial.
 
 

Et aujourd’hui ?

Lorette a été intégrée d’office à la communauté d’agglomération de Saint-Étienne Métropole, par un arrêté préfectoral le 1er janvier 2003. Ce qui a eu pour effet immédiat de lui faire perdre plus de 300 000 € de produit de Taxe professionnelle par an.

En 2014, après onze années de procédures contre Saint-Etienne Métropole, le nouveau Président élu a préféré négocier avec notre Ville avant le jugement en appel. Une convention transactionnelle a été établie et approuvée par le Conseil de Saint-Etienne Métropole attribuant en compensation des pertes subies depuis onze ans la somme de 968.715€ avec la répartition suivante :
- 508 715 € versés en fonctionnement
- 460 000 € versés en investissement sur la réalisation de la baignade naturelle de Lorette

Avec la qualité de ses aménagements, sa volonté d’accueillir des entreprises nouvelles, et surtout de se voir maintenir ses fidèles entreprises historiques, Lorette s’enorgueillit d’héberger sur son sol plusieurs entreprises d’envergure mondiale, et de bénéficier d’un bassin d’emplois par le biais de PME toujours aussi dynamiques et attractives.
Mairie de Lorette - 42420 Lorette - Tél : 04 77 73 30 44 - Fax : 04 77 73 40 33- Courriel : mairie@ville-lorette.fr